Recherche

9 résultats
Notes de recherche

Le banc d’essai en phytoremédiation : premiers résultats partiels et perspectives économiques


Depuis 2016, l’Institut de recherche en biologie végétale (IRBV), avec le soutien de la Ville de Montréal, dispose d’un banc d’essai en phytoremédiation situé dans l’arrondissement Rivière-des-Prairies/Pointe-aux-Trembles. Cette infrastructure verte est un équipement technologique de pointe destiné à l’expérimentation et au transfert technologique. Son programme de travail vise à tester diverses avenues d’utilisation des plantes aux fins de décontamination et restauration des terrains, en particulier les terrains industriels. Le banc d’essai produira les connaissances essentielles qui permettront de transformer le passif environnemental de l’Est de Montréal en actif stratégique. Les phytotechnologies peuvent, en effet, devenir la pierre... Lire la suite
Notes de recherche

Étude sur la comparaison du coût total de possession des véhicules à essence et électriques


Les prix et la gamme de choix des véhicules électriques (VE) sont en voie de devenir, en 2019, des arguments particulièrement encourageants pour la mise en œuvre rapide d’une transition vers une mobilité plus durable. L’arrivée, l’an dernier, de la Tesla modèle 3 a passablement bouleversé le marché des VE, obligeant les fabricants déjà présents sur ce marché à bonifier leur offre (p.ex. la Nissan LEAF avec sa nouvelle batterie de 62 kWh) ainsi que les autres fabricants à se lancer dans des programmes ambitieux d’investissement pour l’électrification de leur gamme de véhicules. Par ailleurs, comme nous l’avons montré ailleurs, l’offre de VE des grands manufacturiers sera complètement transformée d’ici le milieu de la prochaine décennie pour... Lire la suite
Fiches techniques

Le modèle québécois d'assurance médicaments : Inefficace et dispendieux


Les enjeux autour des dépenses en médicaments sont nombreux et complexes. Il ne s’agit pas d’un problème unique au Québec, ni même au Canada. Il découle d’enjeux globaux qui relèvent plus largement de l’insertion d’une petite économie locale, comme celle du Québec, dans une économie mondiale traversée par des révolutions technologiques majeures (thérapies géniques, économie numérique, etc.) et par de nouveaux besoins de santé (dus à une transition démographique) qui bouleversent le secteur pharmaceutique. Il existe néanmoins de nombreux exemples de pays qui se sont dotés de systèmes universels d’assurance médicaments qui ont permis de répondre aux enjeux de santé publique tout en maîtrisant les coûts. Lire la suite
Fiches techniques

La contribution des lieux d'enfouissement technique aux GES : un potentiel inexploité


Les gaz à effets de serre (GES) ne sont pas seulement l’affaire du secteur industriel. Les lieux d’enfouissement technique (LET) ont aussi leur part de responsabilité dans la production de GES au Québec. En effet, la décomposition de matière organique en situation d’anaérobie génère du méthane, un gaz dont l’effet de serre est 25 fois supérieur au CO2. Or, comme pour le milieu industriel, il existe déjà de nombreuses solutions innovantes qui permettent de réduire l’émission de CO2 et d’améliorer le bilan carbone des LET au Québec. Lire la suite
Fiches techniques

PhytoVan : Pour l’évaluation économique d’une infrastructure verte, le banc d’essai en phytoremédiation


Depuis 2016, le service de développement économique de la Ville de Montréal a confié à l’IRBV la mise en place d’un banc d’essai en phytoremédiation. Sous la direction de Michel Labrecque, avec la collaboration de Patrick Benoist et Cédric Frenette-Dussault, l’équipement a pour mission d’étudier les performances des plantations de végétaux pour la réhabilitation des sols contaminés. Ce sont quatre hectares de friche urbaine qui ont été transformés en espace vert où se déploie un équipement de haute technologie environnementale. Si cette infrastructure permet de mieux définir les caractéristiques scientifiques, technologiques et commerciales de la phytoremédiation, l’outil PhytoVan développé par l’IRÉC permet l’évaluation économique du... Lire la suite
Fiches techniques

La contribution de l’industrie forestière aux gaz à effet de serre : La valorisation de la biomasse, une voie d’avenir


L’industrie forestière au Québec a été et demeure un important vecteur de développement économique et d’emplois. En 2018, en prenant en compte la foresterie et l’exploitation forestière, la fabrication de produits en bois, de meubles et de produits connexes, ainsi que les activités entourant les pâtes et papiers, le produit intérieur brut de l’industrie s’élève à 8,5 G$ et génère 92 000 emplois. Malgré les efforts consentis pour réduire son empreinte écologique, cette industrie continue d’émettre d’importantes quantités de gaz à effet de serre (GES). Lire la suite
Fiches techniques

La contribution de l’industrie métallurgique aux gaz à effet de serre : Le développement passe par l’innovation technologique


L’industrie métallurgique représente une part importante du secteur manufacturier québécois. Compte tenu des vastes secteurs d’activités qui lui sont reliés et de la contribution de nombreuses PME, cette industrie génère d’importantes retombées économiques sur le territoire québécois. En 2018, en prenant en compte la sidérurgie, les fonderies, la production et la transformation d’alumine, d’aluminium et de métaux non ferreux, ainsi que la fabrication de produit en acier, le produit intérieur brut de l’industrie s’élève à 4,5 G$ et génère plus de 16 000 emplois. Cependant, cette industrie demeure très énergivore et contribue de façon importante aux émissions de gaz à effet de serre (GES). Lire la suite
Fiches techniques

La contribution du transport de marchandises aux gaz à effet de serre : L’innovation technologique pour changer la logistique


Le transport de marchandises constitue un important levier économique et stratégique pour le développement du territoire. À cet égard, plus de 149 000 camions et tracteurs routiers étaient immatriculés au Québec en 2017. Les émissions de gaz à effet de serre (GES) qui proviennent des véhicules lourds s’élevaient, en 2016, à 9,7 millions de tonnes équivalent CO2, correspondant à 12,4 % du total des émissions de GES de la province. Malgré de récentes améliorations apportées à l’efficacité énergétique des véhicules, le transport de marchandises par camions continue d’émettre des quantités importantes de polluants dans l’atmosphère, en plus d’entraîner des perturbations significatives sur différents écosystèmes. Lire la suite
Fiches techniques

La contribution du transport de personnes aux gaz à effet de serre : Changer et varier les façons de se déplacer


Comme c’est le cas pour plusieurs pays, et en particulier en Amérique du Nord, le transport de personnes au Québec repose avant tout sur l’utilisation de la voiture en solo. En 2017, le Québec comptait à lui seul 4,7 millions de véhicules de promenades immatriculés sur son territoire. En 2016, le parc automobile, qui est formé des voitures et des camions légers, génère 17,2 millions de tonnes équivalent CO2 par année, correspondant à 21,9 % du total des émissions de gaz à effet de serre (GES) de la province. Pour réduire les émissions polluantes de ces véhicules, un coût d’immatriculation additionnel est imposé aux véhicules de forte cylindrée. Toutefois, force est de constater que ce coût additionnel ne permet pas de ralentir l’achat de... Lire la suite

Recherche avancée

Termes à rechercher:
Auteur.e:
Sujet:
Année de publication:
Types de publications: