Recherche

17 résultats
Notes d'intervention

Un plan pour une économie verte ou une politique de transition ?


Afin de parvenir à mettre en œuvre une réelle lutte face aux changements climatiques, il vaudrait sans doute mieux parler de transition écologique de l’économie que d’économie verte. Le plan d’économie verte (PEV), présenté le 16 novembre 2020 par le gouvernement du Québec, entretient à cet égard une confusion certaine en présentant davantage un plan d’électrification qu’une approche globale de transformation de l’économie. On n’y trouve pas la remise en cause de la vision actuelle de l’économie et le document ne jette pas les bases du renouvellement nécessaire pour doter le Québec des outils de réalisation de son potentiel. Depuis quelques années, l'IREC travaille sur la transition écologique et nos travaux nous confirment que le Québec a... Lire la suite
Notes d'intervention

Bref portrait de plans nationaux en faveur de l’hydrogène propre


Comme nous l’affirmions dans une fiche technique produite précédemment, la mise en place de mesures qui permettraient de verdir la consommation mondiale actuelle de l’hydrogène aurait le potentiel de réduire de plus de 700 millions de tonnes les émissions carbone de l’industrie. Cela sans compter le fait que la conversion énergétique additionnelle vers l’hydrogène propre aurait comme conséquence de diminuer de façon radicale les besoins en gaz naturel et en charbon, deux autres sources importantes d’émission carbone en amont. Dans cette note d’intervention, nous allons présenter un ensemble d’expériences nationales qui, par le biais de politiques publiques et de projets structurants, visent à accélérer ce mouvement de transition vers... Lire la suite
Fiches techniques

L’hydrogène propre : Un vecteur essentiel de la transition énergétique


Une précédente note de recherche produite par l’IRÉC propose que le Québec se donne une nouvelle politique industrielle mieux adaptée à la mise en valeur de la principale caractéristique distinctive de l’hydroélectricité québécoise, soit une électricité à faible émission carbone. Cette mise en valeur pourrait accorder un avantage concurrentiel aux produits (biens et services) québécois les aidant sur les marchés mondiaux à se démarquer des produits équivalents portant des empreintes carbone plus élevées. Une telle approche pourrait contribuer à l’émergence de nouvelles filières de biens ou de services à faible émission. Nous explorons brièvement dans la présente fiche l’intérêt de faire de l’hydrogène propre un vecteur essentiel de la... Lire la suite
Notes de recherche

L'hydrogène, un vecteur énergétique pour la transition


Dans le milieu industriel, la production, la distribution et le stockage de l’hydrogène profitent d’une expérience de plus de 100 ans. Le développement récent des piles à combustible, pouvant être utilisées dans divers secteurs, dont celui du transport, change la perception du risque lié à son utilisation. Au niveau mondial, la consommation d’hydrogène s’élevait en 2018 à 70 millions de tonnes, soit plus de trois fois la consommation mondiale de 1975. Actuellement, l’hydrogène est surtout produit pour des applications industrielles telles que le raffinage (33 %), la production d’ammoniac (27 %), de méthanol (11 %) et pour la métallurgie. La production d’hydrogène se fait à 76 % à partir de gaz naturel alors que 23 % sont produits à... Lire la suite
Fiches techniques

PhytoVan : Pour l’évaluation économique d’une infrastructure verte, le banc d’essai en phytoremédiation


Depuis 2016, le service de développement économique de la Ville de Montréal a confié à l’IRBV la mise en place d’un banc d’essai en phytoremédiation. Sous la direction de Michel Labrecque, avec la collaboration de Patrick Benoist et Cédric Frenette-Dussault, l’équipement a pour mission d’étudier les performances des plantations de végétaux pour la réhabilitation des sols contaminés. Ce sont quatre hectares de friche urbaine qui ont été transformés en espace vert où se déploie un équipement de haute technologie environnementale. Si cette infrastructure permet de mieux définir les caractéristiques scientifiques, technologiques et commerciales de la phytoremédiation, l’outil PhytoVan développé par l’IRÉC permet l’évaluation économique du... Lire la suite
Notes de recherche

Le banc d’essai en phytoremédiation : premiers résultats partiels et perspectives économiques


Depuis 2016, l’Institut de recherche en biologie végétale (IRBV), avec le soutien de la Ville de Montréal, dispose d’un banc d’essai en phytoremédiation situé dans l’arrondissement Rivière-des-Prairies/Pointe-aux-Trembles. Cette infrastructure verte est un équipement technologique de pointe destiné à l’expérimentation et au transfert technologique. Son programme de travail vise à tester diverses avenues d’utilisation des plantes aux fins de décontamination et restauration des terrains, en particulier les terrains industriels. Le banc d’essai produira les connaissances essentielles qui permettront de transformer le passif environnemental de l’Est de Montréal en actif stratégique. Les phytotechnologies peuvent, en effet, devenir la pierre... Lire la suite
Rapport de recherche

Vers un Pôle des technologies propres


L’établissement d’une cimenterie à Port-Daniel-Gascons représente une occasion de développement non seulement pour la collectivité immédiate, mais bien pour l’ensemble de la région et en particulier pour les MRC du Rocher-Percé et de Bonaventure. Un tel investissement procure déjà des retombées en emplois et un impact économique non négligeables. Cette implantation ne va cependant pas sans dresser des défis majeurs pour la région et pour le Québec tout entier. La cimenterie deviendra le plus gros producteur de gaz à effet de serre (GES) du Québec, ce qui, d’ores et déjà, pose le défi de concevoir et mettre en place une stratégie de mitigation essentielle pour la qualité de l’environnement et indispensable pour que le Québec atteigne ses... Lire la suite
Notes d'intervention

Les territoires face aux changements climatiques - Une approche intégrée de transition


Pour lutter contre les changements climatiques, le Québec se doit de repenser les cadres de l’action territoriale et de se donner les moyens d’accentuer une réelle démarche efficace et respectueuse de la diversité des contextes territoriaux. Nous nous inspirons du concept français de « territoires à énergie positive » et des principes d’écologie industrielle et territoriale pour proposer une approche intégrée et originale de transition capable d’allier transition écologique, occupation du territoire et développement économique local. Elle donnera aux régions, MRC et municipalités la capacité d’initier un mouvement de transition à la grandeur de leur territoire pour profiter de leur richesse socio-écologique et faciliter leur... Lire la suite
Autres publications

Le Québec à la croisée des chemins


Présentation de Noël Fagoaga, chargé de projet à l'IRÉC, au 85e Congrès de l'ACFAS. Lire la suite
2 vignettes
Notes d'intervention

Les éléments pour le développement d'une économie biosourcée - Une définition, une vision


La transition énergétique et écologique de l’économie passe par la réduction de la production et de l’utilisation des énergies fossiles. Les plus optimistes pensent même possible l’élimination quasi totale du recours à ces sources d’énergie d’ici quelques décennies. Cela ne veut pas dire que les molécules issues du pétrole et de ses dérivés disparaitront de l’usage, mais qu’elles cesseront d’être utilisées à des fins énergétiques. Cela signifie très certainement, cependant, qu’à une économie du pétrole doit succéder une économie dont la base énergétique sera celle des énergies renouvelables. Dans ce contexte, la question du choix des sources énergétiques renouvelables de remplacement doit être envisagée dans une problématique large, car le... Lire la suite
  • 1
  • 2

Recherche avancée

Termes à rechercher:
Auteur.e:
Sujet:
Année de publication:
Types de publications: