Recherche

36 résultats
Notes d'intervention

Un plan pour une économie verte ou une politique de transition ?


Afin de parvenir à mettre en œuvre une réelle lutte face aux changements climatiques, il vaudrait sans doute mieux parler de transition écologique de l’économie que d’économie verte. Le plan d’économie verte (PEV), présenté le 16 novembre 2020 par le gouvernement du Québec, entretient à cet égard une confusion certaine en présentant davantage un plan d’électrification qu’une approche globale de transformation de l’économie. On n’y trouve pas la remise en cause de la vision actuelle de l’économie et le document ne jette pas les bases du renouvellement nécessaire pour doter le Québec des outils de réalisation de son potentiel. Depuis quelques années, l'IREC travaille sur la transition écologique et nos travaux nous confirment que le Québec a... Lire la suite
Notes d'intervention

Électrification du transport commercial: le cas de l'Advanced Clean Trucks de la Californie


En Californie comme au Québec, le secteur du transport apparaît encore aujourd’hui comme le principal contributeur aux émissions de GES, loin devant le secteur industriel et la production d’électricité. Par ailleurs, même si les véhicules commerciaux (camions et autobus) ne constituent qu’une faible part des véhicules sur la route, ils représentent la majorité des émissions de GES et d'oxyde d'azote (NOx) génératrices de smog du secteur des transports. C’est la raison pour laquelle la politique climatique doit obligatoirement passer par la mise en place de normes ambitieuses de réduction des émissions des véhicules commerciaux. L’État de Californie a été le premier à faire adopter des normes nationales d'émissions pour les véhicules à... Lire la suite
Rapport de recherche

Vers un Pôle des technologies propres


L’établissement d’une cimenterie à Port-Daniel-Gascons représente une occasion de développement non seulement pour la collectivité immédiate, mais bien pour l’ensemble de la région et en particulier pour les MRC du Rocher-Percé et de Bonaventure. Un tel investissement procure déjà des retombées en emplois et un impact économique non négligeables. Cette implantation ne va cependant pas sans dresser des défis majeurs pour la région et pour le Québec tout entier. La cimenterie deviendra le plus gros producteur de gaz à effet de serre (GES) du Québec, ce qui, d’ores et déjà, pose le défi de concevoir et mettre en place une stratégie de mitigation essentielle pour la qualité de l’environnement et indispensable pour que le Québec atteigne ses... Lire la suite
Fiches techniques

Consommation énergétique dans le secteur du bâtiment : le gaz naturel freine la baisse des émissions carbone


Alors que le gouvernement québécois se révèle incapable d’atteindre la cible de son plan de lutte au changement climatique pour 2020, il devrait maintenant être temps pour lui de remettre en question le dogme qu’il défend depuis quelques années, selon lequel le gaz naturel ferait partie des solutions à la transition. Un dogme qui fait le bonheur d’Énergir (anciennement Gaz Métro) et des entreprises utilisatrices qui profitent d’une énergie à bas coût. Or, d’après les données existantes, non seulement le gaz naturel ne fait pas partie du mix énergétique dont nous avons besoin pour transiter vers un modèle à faible émission carbone, il en freine clairement l’élan. Lire la suite
Notes de recherche

Réhabilitation des sols contaminés et phytoremédiation - Le modèle PhytoVan et la mesure des services écosystémiques


Sur l'Île de Montréal, on dénombre environ 1900 terrains contaminés. En 2000, on estimait que 4200 hectares de terrains étaient potentiellement contaminés, soit quelque 60 % de tous les terrains vacants sur l'Île de Montréal et 20 % de tous les terrains contaminés du Québec. Dans cette note de recherche, notre chargée de projet Caroline Simard expose les bénéfices de la phytoremédiation, une technologie verte de décontamination des sols. Lire la suite
1 vignette
Fiches techniques

Bannir les véhicules à combustion : pourquoi pas au Québec ?


En juillet de l’an dernier, la France et la Grande-Bretagne ont fait les manchettes de l’actualité en annonçant, à quelques jours d’intervalle, leur engagement à bannir les véhicules à combustion interne (VCI) du marché des véhicules neufs, à l’horizon de 2040. Ces pays n’étaient pas les premiers à s’engager dans cette voie puisque la Norvège et les Pays-Bas les avaient précédés en prenant un tel engagement sur un horizon encore plus rapproché (2025 dans le cas de la Norvège). Néanmoins, un tel engagement de la part de deux des plus grandes économies du monde (5e et 6e selon les classements actuels), de surcroît des économies où se trouvent de puissants lobbys du secteur automobile, cela représente certainement un pas important, un signe... Lire la suite
Notes d'intervention

Les territoires face aux changements climatiques - Une approche intégrée de transition


Pour lutter contre les changements climatiques, le Québec se doit de repenser les cadres de l’action territoriale et de se donner les moyens d’accentuer une réelle démarche efficace et respectueuse de la diversité des contextes territoriaux. Nous nous inspirons du concept français de « territoires à énergie positive » et des principes d’écologie industrielle et territoriale pour proposer une approche intégrée et originale de transition capable d’allier transition écologique, occupation du territoire et développement économique local. Elle donnera aux régions, MRC et municipalités la capacité d’initier un mouvement de transition à la grandeur de leur territoire pour profiter de leur richesse socio-écologique et faciliter leur... Lire la suite
2 vignettes
Notes d'intervention

La transition de l’acériculture à la biomasse - Une occasion de développement pour les localités forestières


Dans sa toute récente politique énergétique, le gouvernement du Québec a annoncé vouloir réduire de 40 % la consommation québécoise des produits pétroliers d’ici 2030. Si d’aucuns ont mis en doute la détermination et les moyens déployés jusqu’ici par le gouvernement pour atteindre cette cible, il y a néanmoins tout lieu de constater qu’en de nombreux milieux, les propositions avancées pour y parvenir ne manquent pas. Dans le secteur agroalimentaire, l’une de ces propositions concerne la diminution des usages des hydrocarbures pour la production acéricole. Ce secteur pourrait en effet contribuer à l’effort de transition énergétique du Québec dans un délai rapproché, notamment en remplaçant les systèmes d’évaporation au mazout - encore... Lire la suite
2 vignettes
Notes d'intervention

Les batteries stationnaires au lithium - Une opportunité pour Hydro-Québec


Dans deux notes précédentes, nous avons exploré le potentiel québécois dans le développement de certains créneaux d’activités reliés aux véhicules électriques, dans la foulée de l’annonce du lancement d’une grappe d’innovation dans ce domaine. Reconnaissant d’emblée comme illusoire la volonté d’implanter sur le territoire du Québec des installations de fabrication de voitures électriques de grande série, nous avons plutôt opté pour les activités reliées à la production de batteries pour véhicules ainsi que pour l’industrie des équipements de transport moyen et lourd, secteur pour lequel il existe déjà un écosystème productif au Québec. Dans cette troisième note, nous allons faire valoir les avantages qu’il y aurait à développer, de façon... Lire la suite
Autres publications

Le Québec à la croisée des chemins


Présentation de Noël Fagoaga, chargé de projet à l'IRÉC, au 85e Congrès de l'ACFAS. Lire la suite

Recherche avancée

Termes à rechercher:
Auteur.e:
Sujet:
Année de publication:
Types de publications: